PIERRE TAFFIN et le CHATEAU de VIEUX-CONDE.

Pierre TAFFIN est né à gand le 6 mai 1664. Il décède à valenciennES le 12 décembre 1745. Il est le fils de Jean TAFFIN et de Jeanne RAUX. Il fût baptisé à la GORGUE, dans la vallée de la LYS, où son père et son grand-père résidaient. Ils étaient des patrons bateliers sur la LYS et bourgeois de LILLE.

Le 24 décembre 1698, il épouse Marie-Claire du HAMEL, fille de Messire Thomas du HAMEL, Seigneur Moyen et Bas justicier de VIEUX-CONDE, propriétaire d’un grand château situé à l’extrémité Nord-Ouest de la bourgade. Cette résidence et son grand parc se trouvait à peu près à l’emplacement de l’actuelle cité TAFFIN.

Un vaste perron donnait accès sur la façade principale aux salles hautes, alors qu’un vaste vestibule encombré de trophées de chasse menait vers la face opposée orientée au couchant, par un grand escalier sous des marquises aux serres ou dans les grandes avenues du parc et du jardin.

En 1704, Thomas du HAMEL, alors seigneur du lieu, donne une cloche à l’église, qui sera bénie par Dom Hierome THUMERILLES, abbé de SAINT-JEAN à Valenciennes. Le parrain fut Pierre TAFFIN et la marraine Joanna Maria ROBYNS, épouse du généreux donateur.

L’abbé Albert de LESTREZ était alors curé de l’église Saint-Martin de VIEUX-CONDE.

A la mort de son beau-père en 1708, Pierre TAFFIN hérite des propriétés et des titres de ce dernier. Il devient Seigneur de VIEUX-CONDE et autres fiefs, Audiencier à la CHANCELLERIE du PARLEMENT des Flandres. Il occupe le château l’été et il entretient des relations de bon voisinage et de vacances avec l’un de ses amis, le Vicomte DESANDROUIN. Ce dernier est le propriétaire d’un château situé à l’emplacement de l’actuel TRIEU de FRESNES, avec qui il devait se lancer dans la grande aventure de la découverte de la Houille dans notre région.

Marie-Claire du HAMEL en est morte de chagrin suite aux revers de fortune entraînés par les premières recherches, trop souvent infructueuses, du charbon.

Par son mariage, Pierre TAFFIN possédait également le fief de GONFOUR (ou fief le GONFOUR ou encore fief du RIEU de CONDE) et la seigneurie du Petit ANTOING. Il acquiert, plus tard, le fief du SENECHAL par contrat passé à Paris le 17 janvier 1716. Ce fief relevait de la Seigneurie d’IRCHONWELZ située près d’ATH, et en tant que tel, de la PRAIRIE de SILLY. Cette dernière était l’une des plus importantes de l’ancien comté du Hainaut et possession de la Maison Princière de MELUN.

Ce fief du SENECHAL se trouvait à l’emplacement de l’actuel (1999) « Quartier de la  SOLITUDE » tel qu’il est défini au cadastre.

Pierre TAFFIN et Marie-Claire du HAMEL eurent 18 enfants (11 garçons et 7 filles). L’un des garçons, Jules César TAFFIN, né le 7 novembre 1715 à Valenciennes, décédé à Douai le 17 janvier 1763 à l’âge de 48 ans, succéda à son père. On peut dire, par boutade, que Jules César fût seigneur de VIEUX-CONDE.

Les héritiers de Pierre TAFFIN vendront le château et son parc magnifique au Prince Emmanuel de CROY, futur maréchal de France et duc.

... « celui-ci rentre à CONDE et va inspecter la pépinière qu’il a créée à VIEUX-CONDE dans la jolie propriété que lui a vendue, pour ses enfants, son futur associé TAFFIN » ... (A. DELCOURT. Un grand seigneur au siècle des lumières).

Bien longtemps après, cette propriété fut acquise et habitée jusqu’en 1914 par Jean-Baptiste HAUBOURDIN, un brasseur et aussi fabricant de sucre qui la rebaptisa « le château HAUBOURDIN ».

Vers 1925, la compagnie des mines d’Anzin qui était alors propriétaire de ces bâtiments et terrains y implanta une cité pour loger ses ouvriers venant d’horizons divers.

En 1999, les descendants de Pierre TAFFIN sont les TAFFIN de GIVENCHY, et plus précisément, le grand couturier parisien Hubert TAFFIN de GIVENCHY.