Le protecteur thermique

A gauche le protecteur thermique, à droite la bague de mise au point

Le protecteur est composé de trois anneaux de polystyrène extrudé découpés à la scie à fil chauffant. Les dimensions sont Ø290mm X Ø170mm X 180mm (3 X 60mm) et le poids total environ 300g (à adapter selon votre instrument). Ils sont collés à l'aide d'une colle pour polystyrène (perso j'ai utilisé NI CLOU NI VIS, prise en 10 secondes mais il faut laisser sécher 48h et ça ne bouge plus). L'ensemble a été recouvert à l'aide d'une couverture de survie afin de donner un look satellite et surtout pour améliorer l'efficacité du dispositif. Les découpes sont faites au plus juste et ajustées au papier de verre. Une bande de VÉNILIA velours noir sera collée à l'intérieur de chaque côté pour faciliter la tenue sur le pare buée (en tenir compte en ajustant au papier de verre). L'ensemble ne doit pas bouger et glisser lors du passage de l'instrument au zénith. Une couverture en polaire permet de recouvrir le reste de la lunette pour maintenir un équilibre thermique plus stable. Si l'instrument est dans une pièce chauffée, il faut sortir l'instrument 1h à 1h1/2 avant de mettre en place le protecteur thermique et la couverture en polaire pour ne pas ralentir la mise en température de l'ensemble. Enlevez le renvoi coudé et ne mettez pas en place l'aplanisseur de champ pour laisser l'instrument respirer et prendre doucement sa température. J'ai testé le protecteur, l'hiver était alors terminé, j'attends cette fin d'année pour me prononcer définitivement sur son efficacité. J'espère beaucoup de celui-ci car ayant essayé une résistance chauffante, je suis déçu par la consommation excessive de ce dispositif. En fixe OK, on peut alimenter par le secteur, mais dès que l'on se déplace, c'est la batterie et chaque ampère compte.