TÊTE DE FRAISAGE

L'acquisition récente d'une tête de perçage de très bonne qualité m'a permis de l'adapter sur mon tour pour faire du fraisage. Voici en quelques images cette adaptation au fur et et à mesure de sa réalisation.

Avant de faire cette achat, j'ai commencé par vérifier sa faisabilité. Sur le banc de ce tour, à l'arrière, il y avait deux renflements laissant présager un renforcement en prévision de la fixation d'une colonne de fraisage.


   
J'ai utiliser ceux-ci pour concevoir la modification. J'ai opté pour un pied en fer U de 260 partant du sol
et fixé solidement sur ces parties renforcées par 4 tiges filetées de 16.

     
A gauche, le pied assemblé par un chaudronnier. A droite, on distingue les 3 pieds réglables

                         
A gauche, le pied est fixé au tour. Une couche de couleur bleu pour que l'ensemble soit harmonieux.
On distingue le ressort de compensation du monte et baisse de la colonne de perçage / fraisage.

A droite, la colonne est fixée sur le pied et transforme radicalement l'ensemble devenu universel.
La tête sera peinte en jaune pour compléter la mutation.

 Les caractéristiques de la fraiseuse équipée d'un moteur double bobinage avec un ensemble de poulies 5 étages donne
10 vitesses. La tête est également pilotée en descente avec 3 vitesses d'avance..

Ce matériel a été récupéré dans une vente aux enchères sur du matériel de production. De plus, par manque de participants et d'enchérisseurs, j'ai pu obtenir cet ensemble pour un prix relativement bas (400€), au vue des capacités de cette machine. La fabrication du pied m'a coûté 150€ chez un chaudronnier.

    

J'avais également acheté du matériel de fraisage : un porte pince équipée de 8 pinces de Ø4 à Ø16 et un tourteau de Ø53. Cet équipement était prévu pour une fraiseuse avec un attachement par tige filetée au travers de la broche. Ayant récupéré une perceuse, j'ai donc dû adapté le matériel à celui-ci. J'ai tout simplement scié 2 vis à tête carrée pour transformer les attachements en cône morse qui s'adapte parfaitement à la perceuse. Bien évidemment, le cône de la broche de perceuse était absolument identique à ceux des outils employés.